La politique européenne des transports : les changements à venir pour l’horizon 2050

La réduction des émissions de gaz à effet de serre est une préoccupation centrale pour les pays européens. Depuis quelques temps, la Commission européenne a mis en place une stratégie permettant l’installation d’un système de transport à la fois plus compétitif et moins polluant. Il s’agit surtout d’un plan visant à réduire sensiblement la dépendance de l’Europe aux importations de pétrole.

Le transport moyenne distance : organiser le report modal

politique européenne des transportsAvec ce nouveau plan pour le secteur du transport, la Commission européenne, souhaite apporter des changements profonds dans le système de transport d’ici 2050. Par exemple, elle aimerait que 50% du système de transport interurbain soit assuré par train et par bateau. Entendez par interurbain, les villes, dont l’éloignement, est de 300 km ou plus. Pour le fret, environ 30% du transport routier devrait être reporté sur le transport ferroviaire ou fluvial d’ici 2030. Ce chiffre pourrait atteindre les 50% d’ici 2050. En ce moment, la Commission table sur une meilleure gestion du système européen d’information, de gestion et de paiement en ce qui concerne le transport multimodal. Cet objectif devra être réalisé d’ici 2020.  La modification du cadre règlementaire du rail est aussi à l’ordre du jour et on devrait s’acheminer vers une nouvelle organisation du secteur.

Optimiser les modes de transport longue-distance

En ce qui concerne les modes de transport longue-distance, la Commission européenne entend les optimiser grâce au développement de nouveaux moteurs, de carburants et d’outils de gestion du trafic.
Par rapport aux carburants, l’objectif des autorités européennes est de réussir à porter à 40% la part des carburants écologiques, notamment dans le domaine aérien. En effet, dans le secteur du transport aérien, les agrocarburants de deuxième et de troisième génération seront privilégiés. Cependant, il faut souligner que les recherches techniques et économiques de ces différentes filières restent très floues. Ce qui ne permet pas de dire avec certitude si ces combustibles seront disponibles d’ici 2050. Avec l’achèvement du ciel unique européen en 2020, qui va couvrir 58 pays et plus d’un milliard d’habitants, le transport aérien sera sans doute plus efficace.

Un changement de cap pour le transport urbain

En ce qui concerne le transport urbain, tout porte à croire  que les véhicules traditionnels devront disparaitre des villes d’ici 2030. D’ici 2050, on s’attend à ce qu’ils disparaissent totalement, ce qui est aussi prévu pour le secteur du transport des marchandises. Aujourd’hui, la Commission européenne entend soutenir les communes dans la mise en place de procédures et d’aides financières dans le but de réaliser des audits et des plans de mobilité urbaine. Elle va alors se pencher sur la question des péages urbains et des autres systèmes de restriction d’accès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page