Transport routier écologique : les 3 plus grands défis

Transporte por carretera ecológico / Ecological Road Transportation / Transport routier écologique 01
Concilier transport et environnement est l’un des principaux enjeux du XXIe siècle.
(Fuente: Max Hoy /10841111 pexels.com)

Peut-on envisager du transport routier écologique ? Le secteur de la logistique ne cesse de se développer, et cette croissance a de sérieuses répercussions sur l’environnement. Certes, des mesures sont actuellement prises pour réduire la pollution atmosphérique, mais sur quoi faut-il exactement se pencher ?

La transition écologique dans les transports est un enjeu crucial tant pour le secteur que pour la planète. C’est pourquoi nous allons examiner les trois principaux défis auxquels elle est confrontée :

Le plus important :

  • Le transport est un secteur à forte pollution dont dépendent tous les autres secteurs.
  • La technologie n’est pas encore assez développée pour réduire la consommation de carburant des véhicules à une échelle viable.
  • Lorsque nous disposerons de la technologie, nous aurons quand même besoin d’immenses investissements pour concrétiser le changement.

Le premier défi du transport routier écologique : limiter la consommation d’énergie associée aux transports

Alors que dans les années 1960, la consommation d’énergie dans le secteur des transports représentait l’équivalent d’environ 9 millions de tonnes de pétrole, cette consommation est passée à près de 50 millions de tonnes au cours de ce siècle.

Il est bien évident que le secteur des transports, notamment le transport routier, représente une part essentielle de la consommation énergétique européenne. Entre les années 1960 et 2000, les émissions de gaz à effet de serre se sont multipliées par six. Le transport étant la principale cause.

Transporte por carretera ecológico / Ecological Road Transportation / Transport routier écologique 02
Le trafic n’a cessé de croître ces dernières années.
(Fuente: Stan /191842 Pexels.com)

Bien que les nouvelles technologies aient contribué à réduire cette progression, elles n’ont pas été appliquées dans l’ensemble du secteur. Le fait de sanctionner par une amende les émissions n’est pas une solution viable, car le transport est essentiel pour que le reste de l’industrie puisse fonctionner. Sans le déploiement d’investissements considérables pour permettre la modernisation des flottes, il est aujourd’hui impossible pour les pays d’atteindre leurs objectifs environnementaux pour 2050.

Le deuxième défi du transport routier écologique : L’investissement dans des transports propres

Dans les villes, l’utilisation de véhicules plus propres commence déjà à être possible. Les voitures et les bus 100 % électriques sont déjà une réalité et contribuent à alléger la charge environnementale des villes. Pourquoi ne pas faire de même pour le transport routier ?

Il n’est tout simplement pas si simple de remplacer les transports existants. Amazon peut disposer d’une camionnette électrique pour transporter des colis depuis un entrepôt voisin, mais s’il doit déplacer plusieurs tonnes sur des centaines de kilomètres, nous ne disposons toujours pas d’une option viable pour remplacer des camions. Chaque véhicule a une fonction, et il n’est pas toujours facile de le décliner en un modèle vert.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de solutions alternatives. Pour en savoir plus sur ce que les nouvelles technologies de transport nous réservent, consultez notre article sur les transports du futur.

Le troisième défi du transport routier écologique : l’économie énergétique

Finalement, les économies réalisées en matière d’énergie seront également obtenues grâce aux progrès technologiques. Quelle que soit l’ampleur de la réduction de la consommation, la dépendance au diesel restera un problème pour la concrétisation du concept de transport routier écologique.

Transporte por carretera ecológico / Ecological Road Transportation / Transport routier écologique 02
Les énergies renouvelables actuelles ne représentent pas encore une alternative viable au moteur thermique.

La recherche de nouvelles énergies, comme la pile à combustible à hydrogène, pourrait ouvrir de nouvelles portes à une consommation plus propre.

Conclusion :

En fin de compte, tout le problème se résume aux coûts. Il est inutile de développer des moteurs à hydrogène s’il n’est pas possible d’adapter le secteur de la logistique à cette nouvelle réalité. Les gouvernements devront faire preuve d’un réel engagement en faveur de l’environnement en s’engageant à réaliser des investissements publics dans le secteur du transport de marchandises. Tant que cela ne sera pas le cas, le transport routier écologique ne sera pas viable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page