Les difficultés du transport routier en Europe

La montée de la concurrence provoquée par l’arrivée des acteurs de l’Est pose plusieurs difficultés au transport routier en Europe. Elles vont des luttes intestines entre les différents acteurs pour grignoter un tant soit peu une part de marché jusqu’aux défis posés par le recrutement.
On vous en dit un peu plus dans les lignes qui suivent :
 

Une marge tributaire de la conjoncture

Le transport routier en Europe a besoin de fluidité. En effet, actuellement, la conjoncture socio-économique a tendance à influencer les bénéfices des transporteurs.
On peut prendre l’exemple des manifestations de 2018 menées par les gilets jaunes. Elles ont entamé encore un peu plus le bilan annuel du secteur, déjà connu pour rapporter des marges assez modestes, oscillant entre 1 et 1,5%.
Le transport international représentait 50 % de l'activité

Un secteur en proie à de nombreuses mutations

Le secteur du transport routier européen tente de survivre face à l’intensification de la concurrence notamment en provenance des pays de l’Est. Sur le plan des transports internationaux, il est de plus en plus difficile de gagner des parts de marché.
Par exemple, les acteurs français du secteur vivaient autrefois du transport international à hauteur de 50 % de leurs activités. De nos jours, cette branche particulière de leur activité de transport ne représente plus, en règle générale, que 8 à 10 %.
Par conséquences, la distance parcourue par les routiers dans le cadre de leur transport diminue. Elle se situe en moyenne autour de 130 kilomètres.
On parlera aussi du cabotage qui consiste pour les routiers venus de l’étranger à effectuer des transports en interne en plus de leur livraison internationale. C’est un autre coup dur pour le marché local.
Même sur le plan social, le secteur du transport routier européen connait encore de nombreuses disparités. Des efforts d’harmonisation sur le plan réglementaire ont bien été menés, mais ils sont encore loin d’être satisfaisants.
L'augmentation des prix du carburant crée de nouvelles difficultés
 
 
Les freins liés à l’augmentation des prix des carburants entrent aussi en jeu. Par ailleurs, l’étau se resserre autour des acteurs à cause de l’instauration d’une fiscalité liée à l’environnement.
 
 
Enfin, le secteur du transport routier en Europe souffre d’un problème d’image et de vulgarisation. De ce fait, les profils en quête d’une branche de travail dans lequel s’investir manquent. Il reste encore tout à faire dans ce domaine et ce, afin que les efforts déployés pour rendre le transport routier européen plus propre et plus respectueux des exigences de son temps soient reconnus et deviennent des facteurs d’attractivité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page